marketing digital

logo google adwords
Nous entamons cette semaine le dernier volet du dossier consacré à notre « Boite à Outils » communication et marketing à destination des créateurs d’entreprise. Le thème de ce 3ème volet traite d’un des aspects du marketing digital en abordant le sujet du référencement payant via la conception de campagnes Google Adwords.

3ème volet : Lancer sa 1ère campagne Google Adword

Tout entrepreneur s’est posé au moins une fois cette question. Comment augmenter ma visibilité sur internet et ma position sur les moteurs de recherche ?

Il existe de nombreux mécanismes pour accroître sa notoriété, augmenter son taux de transformation et par conséquent ses ventes (en volume et en chiffre). Aujourd’hui nous parlerons du référencement payant via le système d’annonces payantes Google Adwords.

On peut considérer que chaque créateur a entendu parlé de ce système de publicité sur internet à moins de venir de Mars. Mais avant de réaliser sa 1ère campagne, plusieurs questions se posent :

  • Comment fonctionne cet outil ?
  • Est-ce facile de l’utiliser et de créer sa campagne ?
  • Combien cela va-t-il me couter ?
  • Quand programmer ma campagne ? Combien de temps va-t-elle durer ? A quelle fréquence sur l’année ?
  • etc…

Afin de construire et de maximiser votre première campagne, nous vous avons sélectionné quelques points essentiels :

  • Se familiariser avec l’outil et ses fonctionnalités
  • Définir l’objectif recherché : susciter des ventes ou développer ma notoriété
  • Bien choisir les mots clés de son annonce : leur sélection est très importante car ce sont ces mots ou combinaisons vont amener du trafic sur le site et déclencher des ventes.
  • Par exemple : Vous désirez promouvoir un whisky écossais. Voici quelques exemples de mots qui apparaitront dans votre annonce et dans votre sélection de mots recherche sur le moteur : whisky – whisky écossais – scotch whisky – scottish whisky – whisky blended – whisky single malt…
  • Établir un budget journalier : 10€ – 20€ – ou plus
  • Déterminer le prix de son CPC et le mode d’attribution: enchères automatiques – enchères manuelles.
  • Remarque : le prix de chaque enchère détermine le positionnement de la publicité dans le groupe d’annonce dans le moteur – un CPC trop bas risque de faire apparaître l’annonce en 2ème ou 3ème page
  • Définir la période de publication – sa fréquence d’activation
  • Construire son ou ses annonces
  • Choisir dans quelles catégories de supports vont apparaître les annonces : moteur de recherche uniquement et/ou partenaires du réseau de recherche (ex : moteur Free, Youtube, etc…)
  • Choisir son réseau d’affichage : web et/ou mobile
  • Remarque : Si vous optez pour une diffusion sur web et mobile, pensez à posséder un site ou une landing page optimisé pour l’affichage mobile. Sinon vos prospects ne pourront pas accéder à l’offre et passer au processus d’achat. Le budget alloué ne donnera aucun retour positif.
  • Bien définir la redirection de l’url liée à l’annonce : page d’accueil du site – landing page réservé à la commercialisation du ou de ces produits/services
  • Au terme de la diffusion vous pourrez mesurer les retours de la campagne : taux d’affichage – position sur la page – taux de clics sur l’annonce…
  • Par la suite vous optimiserez vos nouvelles campagnes en se basant sur les éléments clés issus de l’analyse.

Pour en savoir, regardez la vidéo ci-dessous :

Publié le 7 février 2014
Ce contenu a été publié dans Marketing par admin, et marqué avec , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
La semaine dernière se tenait au Bristol le petit déjeuner du club e-luxe avec pour thématique cette année le marketing sensoriel.La baseline était: « l’utilisation du digital pour connecter les mondes du luxe online et offline ». 

Voici le compte-rendu des tendances de cette forme spécifique de marketing digital:

Dans un monde où l’accès à l’information est instantané, il faut créer la différence. Réussir à communiquer sur une identité distinctive et unique.

Les marques ne cessent de développer des outils communicant leurs valeurs, histoire, patrimoine en utilisant le digital.

Quelques exemples:

La vidéo, un outil d’analyse de vos clients en magasin

La société italienne Almax, fabricant de mannequins haut de gamme, propose à ses clients (enseignes de vêtements ou d’accessoires) d’équiper leurs mannequins de caméras. Placées au niveau des yeux de ces derniers, elles sont invisibles et sans enregistrement dans un souci de confidentialité.

Cette manœuvre a prouvé de très bons résultats, permettant d’étudier avec précision le sexe, l’âge ou encore l’ethnie de la clientèle des différents magasins, ainsi que les réactions face aux produits.

Une mine d’or pour optimiser sa stratégie retail.

L’hologramme et autres systèmes augmentés

Pour les marques de luxe, il est important de faire rêver sa clientèle.

L’utilisation de la réalité augmentée impressionne. Utile et ludique en online, permettant un essayage du produit sur son propre visage par exemple, elle est féérique sur une vitrine: retransmission des défilés, produits animés en 3D, etc.

En utilisant ce type de technologies, la marque véhicule une image futuriste, en avance sur son temps, qui passionne et donne confiance à ses consommateurs.

Le mobile, frontière entre luxe virtuel et réel

Enfin et surtout, le marketing sensoriel doit être étudié pour les versions tablettes et smartphones. Les marques de luxe et leurs produits sont de plus en plus découverts, regardés et achetés sur ces outils qui sont désormais omni-présents dans le quotidien des consommateurs. Cette tendance va continuer à croître positivement. Il est donc important de continuer l’expérience grâce à une technologie de pointe adaptée afin d’optimiser les ventes.

Publié le 29 janvier 2013
Ce contenu a été publié dans Marketing par , et marqué avec , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.