e-commerce

stratégie marketing commerce multicanal ecommerce communication client publication et stratégie éditoriale réseaux sociaux action web marketing seo publicité

Dossier n°1 – Boutiques on et off line, le challenge du marketing multicanal pour une offre sans discontinuité
 

 

14% d’augmentation, voici le chiffre publié le 20 février dernier par le Journal du Net pour les ventes réalisées en e-commerce durant les soldes d’hiver. Encourageant.

Cependant pour une marque ou un distributeur, quelle stratégie adopter en magasin et sur son site internet face à des consommateurs hyper connectés à la recherche constante de meilleures opportunités ?

Quel sera l’avenir des boutiques et quels bénéfices tirer de cette mutation ?

Voici une synthèse de nombreux articles publiés au cours de ces derniers mois sur cette thématique qui fait l’objet de ce dossier.

 

Le Meta-consommateur

Ultra connecté, le nouveau consommateur est averti, informé sur le produit, ses caractéristiques, les conditions de livraison d’un magasin mais aussi ce que lui propose la concurrence.

Nombreuses sont ses sources d’informations : sites internet, comparateurs de prix, réseaux sociaux, campagnes e-mailing et QR codes.

Ceci a entrainé un changement de comportement déjà confirmé en magasin : le showrooming.

Ce terme est utilisé pour décrire la tendance des acheteurs à se rendre en boutique afin d’aller voir et essayer un produit. Puis, sur place même dans 24% des cas, le consommateur procède à sa recherche par critères depuis son mobile.

Sans réagir ceci entrainerait alors une grosse perte du chiffre d’affaires des enseignes. Cette réflexion est prise très au sérieux, notamment par le détaillant Best Buy qui a remplacé ses codes barres par des codes barres personnalisés afin d’éviter que les produits puissent être comparés en ligne.

E-marketing.fr a publié une analyse comportementale détaillée du méta-consommateur, selon l’étude* menée par LivePerson en France, au Royaume-Uni, en Australie, en Allemagne et en Italie :

  • 78% des acheteurs procèdent à des recherches en ligne avant d’acheter en boutique. Cette tendance est confirmée dans les 4 pays de l’étude avec des chiffres qui oscillent entre 73% pour la France et 84% pour l’Italie
  •  24% des personnes interrogées effectuent des achats depuis leur mobile en étant déjà en boutique
  • Cependant, le méta-consommateur recherche un meilleur service en magasin, avec un taux de satisfaction de 77%
  • 39% des acheteurs dépensent plus en ligne qu’en magasin (27% en Italie, 53% en Allemagne)
  • Enfin, voici comment les cyberacheteurs choisissent leurs sites : facilité de navigation (67%), prix de livraison (57%), possibilité de suivre une commande (55%)

Face à ce consommateur avide de l‘effet d’aubaine et donc infidèle, marques et distributeurs ont eu à relever le challenge du marketing multicanal afin de rester attractifs et compétitifs.

 

Une nouvelle offre

On ne compte plus les enseignes qui ont revu leur stratégie marketing afin de relever le challenge du marketing multicanal et déployer leurs efforts pour répondre aux attentes exigeantes de leur clientèle.

Les actions principales ont été menées sur le marketing digital ainsi que l’expérience client.

Voici quelques exemples :

  • Possibilité de commander en ligne et de retirer le produit en magasin dans la même journée
  • Mise en place de caisses électroniques permettant de régler et récupérer la commande
  • Mise à disposition du Wifi en magasin afin de permettre au client de se renseigner via son mobile sur les produits disponibles en magasin (Marks&Spencer)
  • Possibilité de commande en ligne lors de l’indisponibilité d’un produit en magasin ou encore personnalisation d’un produit, exemple d’un gâteau d’anniversaire (Marks&Spencer)
  • Paiement sans contact grâce aux applications mobiles NFC, qui permet de voir les informations produits et placer l’article dans le panier directement réduisant ainsi les files d’attente (Casino)
  • Proposition d’un service de géolocalisation indoor qui évite la perte de temps de recherche dans les rayons (Décathlon)
  • Réductions immédiates en magasin grâce à l’envoi de coupons sous forme de QR codes ou encore grâce aux applications et réseaux sociaux

L’un des avantages immédiat du marketing digital est qu’il permet de relever un grand nombre de données clients utiles en CRM notamment, qu’il ne serait possible d’obtenir via une entrée en boutique suivie d’un achat classique en espèces ou par carte bancaire.

Il reste enfin à faire évoluer le magasin de sorte à optimiser l’expérience client et proposer un service incomparable sur le net à l’exemple d’Apple et de ses Apple stores. Ces derniers ont été conçus comme lieux d’exposition ultra design des dernières innovations technologiques, de service après-vente et d’apport d’information en toute convivialité, vous plongeant dans l’univers de la marque et dépassant le simple point de distribution.

Le magasin permet également de légitimiser la marque et offre des facilités de retrait ou retour des produits. Cet argument a été compris par certains pure-players tel qu’eBay qui ouvre son pop-up store dans le quartier de Coven Garden à Londres.

Enfin, Burberry l’une des marques de luxe pionnière en marketing digital a lié ses stratégies digitales et expérience client en boutique en s’amusant à recréer par jeu de miroirs et d’écrans la projection des défilés ou encore de nouveautés.

Ainsi, il semble que tous les efforts soient faits par les distributeurs pour tenter de susciter l’intérêt des consommateurs en ligne et en boutique afin de non pas les attirer vers l’un ou l’autre des deux canaux mais au contraire de lier expérience client et offre spécifiques à chacun de sorte à ce qu’elles deviennent complémentaires.

 

 

* « Méthodologie :
L’étude  » the Connecting with Customers Report  » a été commandée par LivePerson au cabinet de consultants indépendants Loudhouse. L’étude a porté sur 5 710 consommateurs en ligne ayant soit recherché, soit commandé des produits ou accédé à des services clients, sur différents sites Web. Les sondés proviennent de 6 pays différents : Etats-Unis (2012), Royaume-Uni (1126), Australie (1002), France (538), Italie (530), Allemagne (502). »

Sources : Le Journal du Net, e-marketing.fr, Doc News – Janvier et février 2013.
Liens :http://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/mobile-en-magasin/
http://www.e-marketing.fr/Breves/Retail-2013-annee-du-rapprochement-entre-on-et-off-line–51335.htm
http://www.e-marketing.fr/Breves/Achats-en-ligne-et-en-magasin-une-interdependance-averee-51396.htm
http://www.ecommercemag.fr/Infographie/Les-achats-en-ligne-ont-lieu-majoritairement-depuis-le-lieu-de-travail-51443.htm
http://www.docnews.fr/actualites/tribune,quel-avenir-pour-boutiques-3.0,35,15574.html
 
 

Publié le 26 février 2013
Ce contenu a été publié dans Marketing par admin, et marqué avec , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
digital business développer CA marketing digital stratégie ecommerce communication digitale
Développez votre business sur le marché chinois grâce à une présence digitale bien pensée.
La Chine est friande de produits français: produits de luxe, produits premiums, produits mettant en avant une histoire et un savoir-faire bien nationaux.

L’Atelier de BNP-Paribas a tenu une conférence le 17 janvier dernier afin de donner les dernières tendances digitale pour conquérir ce marché.

 

1. Le marché digital chinois en quelques lignes:

– Il y a plus de 540 millions d’internautes en Chine dont plus de 190 millions sont des acheteurs réguliers (chiffres 2012 du Boston Cnsulting Group).

– La Chine enregistre une forte croissance dans l’e-commerce notamment par les ventes de smartphones grâce:

* à l’émergence des réseaux sociaux: WeChat (réseau social plus en vogue que facebook en Chine) compterait plus de 300 millions de membres

* la « journée des célibataires », journée la plus importante pour l’e-commerce chinois, qui détient le taux record de ventes en lignes: près de 3,8 milliards d’euros

* 1,1 milliards de chinois possèdent un smartphone

Grâce à une présence sur les smartphones, il est donc facile de récupérer les données ainsi que les attentes de vos futurs clients sur ce marché.

 

2. Communiquer avec le marché Chinois:

Il faut être précis! Les consommateurs chinois attendent une grande précision dans les informations qui leur sont transmises.

Il n’est pas nécessaire de traduire votre site en langue nationale. En effet bien que peu de chinois parlent aujourd’hui anglais (0,77% de la population chinoise), le contenu de votre site sera traduit automatiquement par les moteurs de recherche de l’anglais vers le chinois.

 

3. Une stratégie commerciale par région:

Tencent Groupnet, leader dans les services sur internet en Chine, décrit les tendances de consommations « par effet de mode » selon les régions. Afin de bien cibler votre marché, il vous faudra donc bien connaître la localisation géographique de vos prospects ainsi que leur catégorie socio-professionnelle: les chinois se regroupent en fonction de celle-ci et restent entre eux, en adoptant un mimétisme quant à leurs habitudes de consommation.

Il est donc possible d’avoir une stratégie marketing et commerciale d’approche de votre activité en Chine différente selon les régions que vous souhaitez séduire. N’oubliez pas de communiquer au préalable de votre volonté d’implantation auprès du gouvernement chinois qui garde un grand contrôle et dirige le marché.

Nombreuses sont les marques françaises qui ont fait fortune en Chine grâce à Internet: ce dernier joue un grand rôle précurseur pour les Chinois et reste un excellent vecteur de communication pour les marques, se référer à l’exemple d’Hermès.

Source: http://www.e-marketing.fr/Breves/Chine-un-marche-digital-prometteur-50918.htm

Publié le 21 janvier 2013
Ce contenu a été publié dans Marketing par admin, et marqué avec , , , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
marketing communication digitale stratégie développement business digital et web plateforme ecommerce communication réseaux sociaux ligne éditoriale
Cybélo vous souhaite une excellente année 2013! Qu’elle vous soit porteuse dans chacun de vos projets.

Voici quelques chiffres prometteurs qui vous encourageront dans votre stratégie digitale:

Il se serait vendu environ 1 million de tablettes en France en 2012. De l’autre côté de l’Atlantique, plus de 50% des foyers américains en seraient équipés depuis Noël dernier.

A peine 50% de la population mondiale possède un iPhone, Androïd Phone ou Windows Phone. D’ici début 2014, 80% des consommateurs américains devraient avoir un smartphone d’après Asymco. Une croissance exponentielle du taux d’équipement chez les particuliers.

Selon le lobby E-Commerce Europe, le montant des ventes en ligne sur le vieux continent devrait atteindre près de 305 milliars d’euros poour l’année 2012. Cela représente une croissance de 22% par rapport en 2011.

La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a présenté les chiffres de l’e-commerce pour le troisième trimestre de l’année 2012. Les ventes ont progressé de 21% au cours de cette période, soit 11 milliards d’euros. Et les prévisions de tendances pour les années à venir laissent entrevoir pour les acteurs du marché du tourisme des grandes perspectives de croissance sur l’ecommerce. La stratégie digitale sera la clef de voute de la réussite et de la croissance des opérateurs de voyages sur l’ensemble des segments clients et produits. Un virage à ne pas rater pour éviter de perdre des nombreuses part de marché. L’innovation technologie devient le coeur de la commercialisation des produits de voyage.

1,5 milliards d’individus se rendent au moins 5 fois/jour sur un réseau social.

788 millions d’utilisateurs accèdent aux réseaux sociaux via leur mobile au moins une fois par jour.

Plus de 50 millions de français sont connectés à un ou plusieurs réseaux sociaux en 2012.

Chaque jour sur Facebook, les utilisateurs partagent 2,45 milliards de contenus différents.

Le Centre d’information sur le réseau Internet en Chine (CNNIC) a annoncé un nombre record de 564 millions d’internautes en Chine, fin 2012. Soit 51 millions de plus qu’en 2011.

Publié le 18 janvier 2013
Ce contenu a été publié dans Marketing par admin, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
Ecommerce et magasin physique plateforme hybride stratégie marketing digital communication digitale plateforme web responsive design magasin hybride digital et commerce physique

Bien que les détaillants émettent souvent beaucoup de réserve à développer la vente en ligne par crainte qu’elle ne porte préjudice à leur magasin physique, le commerce électronique est pourtant un accélérateur de leur croissance:

malgré la crise, le commerce en ligne en Europe a augmenté de 18,6% en moyenne entre 2008 et 2011.

En effet, le commerce électronique permet aux acheteurs de trouver le bon produit, et avec une bonne stratégie, c’est un achat qu’ils viennent faire chez vous.

1. L’achat en ligne: un achat social

Aujourd’hui votre client, avant d’acheter un produit en magasin ou en ligne va se renseigner sur ce dernier par recherche électronique: comparateurs de prix, Google,sites concurrents. Sur ces derniers une fonction lui permettra de lire les commentaires des personnes ayant déjà testées le produit en magasin ou encore l’ayant achetées. Il pourra ainsi dialoguer pour déterminer son choix.

Il est donc intéressant d’inclure cette fonction d’échange « sociale » sur votre site de vente en ligne.  Cela permettra à vos clients de trouver une information que vous n’avez pas encore eu le temps de leur donner grâce à d’autres consommateurs.

Ceci est d’autant plus vrai lorsque les consommateurs achètent un produit à titre « exceptionnel »: un réfrigérateur, de l’électroménager par exemple: 153% des personnes dialoguant sur les réseaux sociaux ou internet achèteront le produit.

2. La vente en ligne augmente les achats en magasin:

La crainte des détaillants est de voir dès l’ouverture d’une e-boutique, une diminution du taux de fréquentation de leur magasin et par conséquent une chute du chiffre d’affaires dans ce dernier. Cette crainte est due aux chiffres de la vente en ligne qui montrent que ces derniers restent encore de 30 à 50 fois inférieurs aux ventes réalisées dans des enseignes.

Or, avec une stratégie bien pensée, votre site marchand vous permettra d’accroître votre chiffre d’affaires à la fois en ligne mais également par voie indirecte en magasin. Il faut lier les stratégies pour les opérations en magasin et en e-boutique:

Par exemple, vous pouvez mettre à disposition l’ensemble de votre catalogue sur votre site internet, ainsi tous vos produits seront vus, mais n’en proposer qu’une seule partie pour la vente en ligne, le reste sera de l’exclusivité boutique.

Ou encore, vous pouvez mettre en avant les avantages financiers (réductions aux clients magasins, moins de frais, etc.) à retirer un produit en boutique.

Votre site internet devient alors un magnifique outil qui vous permet de diffuser de l’information, de dialoguer avec vos clients et prospects et augmenter votre fréquence de passage en magasin.

Publié le 4 janvier 2013
Ce contenu a été publié dans Economie par admin, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.
vente ecommerce sur mobile marketing digital mobile communication web
Une étude réalisée par eDigitalResearch démontre qu’au Royaume-Uni, il y a désormais davantage de consommateurs qui achètent depuis une tablette plutôt que via un smartphone.
Lisez l’article intégral :
http://www.ecommercemag.fr/infographie/Les-tablettes-generent-plus-de-ventes-que-les-smartphones-50090.htm
Publié le 3 décembre 2012
Ce contenu a été publié dans Marketing par admin, et marqué avec , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.